Questionnaire de couple  » le plaisir féminin « : les 13 enseignements de Caroline le Roux sur les 2000 réponses reçues

Les 13 enseignements de Caroline le Roux sur les 2000 réponses reçues

Ce questionnaire de « dé-tabou-isation » du plaisir féminin dans le couple » n’avait qu’une seule vocation : aider les femmes à « poser » le sujet du plaisir sexuel féminin dans le couple, afin d’améliorer celui-ci si besoin était… Plus de 2000 femmes y ont répondu! Face à ce succès, nous avons demandé à la sexologue Caroline Le Roux, co-auteur du questionnaire, de comparer ces résultats à sa connaissance « du terrain », acquise dans le secret de son cabinet de consultation et de le décrypter.

En voici les enseignements principaux :

1- 40% des couples ont moins de 50% de bonnes réponses

Sur les 300 couples hétérosexuels qui ont rempli le questionnaire à 2, 40% ont eu moins de 50% de bonnes réponses, et seuls 16% ont plus de 70% de bonnes réponses communes. Pour 250 d’entre eux, le questionnaire n’a donc pas été inutile, et visiblement, il pourra servir à beaucoup d’autres….

2- Le biais de  » désirabilité sociale  » toujours présent

Nos répondantes n’échappent pas à la règle observée dans toutes les études sur le sujet de la sexualité : à plusieurs questions, elles ont répondu, non pas la réalité de ce qu’elles vivent, mais plutôt ce que l’on attend d’elles ;

Les exemples :

Question 7: A quelle fréquence avez-vous des rapports sexuels?

Les jeunes (18-30 ans) disent en majorité plusieurs fois par semaine, voir quasiment tous les jours, ou même tous les jours : 62% en tout ! Impossible dit Caroline Le Roux, sauf si celles qui ont répondu sont « hyper-sexuelles ». Bien sûr c’est l’âge idéal pour la sexualité : les corps sont intacts, les hormones agissent, les esprits sont insouciants : les circonstances idéales pour que les femmes soient disponibles… Mais là, les chiffres sont probablement tous gonflés.

Idem pour les plus de 50 ans, qui répondent « plusieurs fois par mois »….A cet âge, une fois par mois, c’est déjà bien… confirme Caroline Le Roux

Question 9: A quelle fréquence avez-vous des orgasmes?

50% des 18-20 ans disent « souvent » ou « à chaque fois »…Impossible, c’est contraire à toutes les observations  faites sur le terrain. A cet âge, on se cherche…et on ne s’est pas encore trouvée. D’ailleurs les chiffres « officiels » disent l’inverse : 70%-80% des 18-20 ans n’ont jamais d’orgasme !

Caroline Le Roux rappelle d’ailleurs que la femme nait « anorgasmique » et qu’elle doit parcourir un chemin de découverte pour atteindre l’orgasme…

3- C’est difficile de se retrouver face à sa propre sexualité

Observation corollaire : même quand on est seule face à un ordinateur en train de remplir un questionnaire, on a aussi tendance à mentir parce qu’il est difficile de se retrouver face à sa sexualité, quand on la compare à la norme sociale, au discours ambiant : « l’orgasme est à portée de main », « le droit à l’orgasme »… Du coup, tout le monde ment, et on se retrouve encore plus seule…

4-L’orgasme vient avec l’âge

A la question 9, « A quelle fréquence avez-vous des orgasmes…avec votre partenaire ? »  on remarque que les chiffres s’améliorent d’âge en âge ….Même s’ils sont eux aussi gonflés (de 60 à 77%), ils révèlent quand même une réalité : avec l’âge, les femmes connaissent mieux leur sexualité (et en général leur partenaire) et savent mieux ce qui leur convient pour atteindre l’orgasme.

5-Le corps maternel est érotique

A la question 3 : Votre partenaire sait il vous mettre à l’aise avec votre corps ? 91% des 18-20 ans disent que oui. Cela s’explique surtout par le fait que les femmes sont effectivement bien dans leur corps. Les taux restent très élevés ensuite, malgré les effets de la maternité. Mais en fait, cette réalité est vécue différemment selon les sexes : les femmes trouvent que leur corps a été déformé, alors que les hommes apprécient l’érotisme que dégage la maternité…

6-Le seuil de la ménopause

A la question 1 : Dans votre vie de couple, êtes-vous souvent dans des conditions favorables pour avoir des moments d’intimité?

Les 18-20 ans répondent à 80% oui ou plutôt oui : c’est logique, on l’a vu : elles ont l’insouciance du monde étudiant, les hormones fonctionnent à plein, leur corps est encore intact…

Les 31-50 ans répondent plutôt non car elles ont plus de responsabilité et de stress liés à leur travail, la maternité…

Les 51 ans et plus répondent aussi « non » mais pour d’autres raisons : elles connaissent en général la ménopause, elles sont moins à l’aise dans leur corps, prennent plus mal ce que peut dire leur partenaire…

7- Masturbation: les femmes progressent, mais il y a encore du chemin à parcourir

A la question « Vous adonnez-vous aux plaisirs solitaires ? »

-moins de 1% disent le faire plusieurs fois par semaine (on est encore loin des habitudes masculines)

-25% des 18-20 ans répondent « jamais », ce qui veut dire que 75% l’on au moins fait une fois, 37% l’on fait plusieurs fois, et 21% répondent « pas assez ». Une prise de conscience récente que la libération du discours social ambiant sur cette pratique a permise.

-Plus de 80% des femmes de plus de 20 ans  l’ont fait au moins une fois, de 40 à 48% le font rarement, et de 20 à 25% répondent « pas assez »…

En bref, on est sur le bon chemin, mais il reste encore beaucoup de marge de progression.

A la question : « Si vous le faites, utilisez-vous des objets pour augmenter votre plaisir ? »

-Les sextoys apparaissent significativement à partir de 31 ans (35% de 31 à 40 ans, et 27% de 41 à 50 ans).

-Les 51 ans répondent surtout « avec les doigts »…c’est sans doute une question de génération mais aussi parce qu’elles se connaissent par cœur !

-74% des 21-40 ans atteignent souvent ou à chaque fois l’orgasme, alors qu’elles ne sont que 62% parmi les moins de 20 ans, ce qui prouve bien qu’il y a bien là, un apprentissage à faire…

8- les hommes connaissent mieux notre corps…mais pas forcément nos zones érogènes, parce que celles-ci changent avec l’âge

A la question : Pensez-vous que votre partenaire connaît bien votre corps? ,

Seulement 11 à 16% répondent « non » ou pas suffisamment… les hommes sont plus à l’écoute qu’ils ne l’étaient il y a 20 ans. On parle plus facilement de sexualité, ils savent mieux.

En revanche, à la question « connait-il bien vos zones érogènes »,

-40% répondent, « non », « pas suffisamment » ou « peut mieux faire » et ce, quel que soit l’âge. Caroline Le Roux explique d’abord que toutes les femmes sont différentes, (donc c’est à chaque fois un nouvel apprentissage), mais qu’en plus, les zones érogènes de la femme changent avec l’âge.

9-  » Les hommes sont à l’essence, nous sommes au diesel »

A la question « Pensez-vous que votre partenaire s’attarde suffisamment sur TOUTES vos zones érogènes » ? , les attentes sont encore plus fortes :

-63 à 70% des moins de 40 ans répondent « non » ou « peut s’améliorer »…Et 50% apportent les mêmes réponses concernant les caresses qui conviennent pour stimuler leur clitoris.

On sait bien que les hommes ont moins besoin de préliminaires, et il faut souvent leur rappeler que  nous avons besoin de plus de temps, et de caresses plus attentives.

10- La peur d’être jugée sur ses fantasmes monte avec l’âge

A la question « Avez-vous des fantasmes non avoués par crainte d’être jugée par votre partenaire ? »

80% des moins de 20 ans répondent « non », 32% des 21-30, 34%des 31-40 ans, 38% des 41-50 ans, et 66% des plus de 50 ans. Il est avéré que l’ancienne génération a peur d’être jugée.

11-66 à 70% des répondantes aimeraient connaître d’autres pratiques sexuelles

12-65 à 70% des répondantes reconnaissent accepter de faire quelque chose à leur partenaire pour lui faire plaisir

Pourquoi ? Parce que la sexualité est de plus en plus partagée, et fonctionne selon la règle du  donnant donnant : on est capable de faire quelque chose pour lui faire plaisir s’il s’occupe bien de nous. Ce qui avant était subi, est maintenant accepté.

 13-Les hommes savent que si nous ne sommes pas satisfaites, on va aller « voir ailleurs »

A la question « Pensez-vous que votre partenaire fait moins d’efforts qu’au début pour vous satisfaire/séduire ? », les jeunes répondent majoritairement « non », car les hommes connaissent l’importance de la sexualité dans un couple (et savent que si elles ne sont pas satisfaites, les femmes peuvent plus facilement décider de rompre…ou pas, mais en allant quand même « voir ailleurs ».) ?

Le meilleur conseil, c’est encore et toujours de communiquer

C’est en dialoguant que le plaisir féminin prendra de plus en plus la place qu’il mérite, pour parvenir à une sexualité plus équilibrée et épanouie…

 

Pour celles qui n’ont pas fait le questionnaire vous pouvez encore le faire en cliquant sur ce lien, ou bien seulement consulter les 25 questions en cliquant ici

 

PARTAGER CET ARTICLE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *