Les françaises et l’orgasme : on refuse la norme sociale des sondages

Par principe, nous refusons la norme sociale en matière amoureuse (et à fortiori d’orgasme), à laquelle forcément on va devoir se comparer à défaut de s’identifier. L’accès au plaisir féminin est un parcours personnel : chacune est unique, et si en plus une histoire doit s’écrire avec une autre personne elle-même unique…Deux êtres uniques sur plus de sept milliards d’individus, vous vous rendez compte le nombre de possibilités que cela représente… ? Ça rend les choses encore plus…uniques et personnelles ! Alors bye les sondages, OK?

Pourtant, on a décidé de vous parler de cette enquête IFOP* réalisée en 2016 à la demande d’un site de webcams gratuites (qui n’est pas notre tasse de thé mais bon…), pour une seule raison :

Certains résultats justifient la création de notre blog ; En particulier sur celles d’entre nous qui éprouvent régulièrement (ou souvent) des difficultés à atteindre l’orgasme :

  • 57% des femmes (sexuellement actives) admettent avoir eu assez régulièrement (ou souvent) des difficultés à jouir au cours des 12 derniers mois. A partir de quand commence ce qu’on appelle la « dysorgasmie » (trouble de l’orgasme) ?

Cela concerne en particulier :

  • 59% des femmes qui se déclarent pourtant satisfaites ou assez satisfaites de leur vie sentimentale ! Chères 59% vous êtes notre premier public ! A notre avis, vous êtes dans les conditions affectives idéales pour « pousser les feux » avec votre chéri(e) et il vous suffira de quelques heures passées sur notre blog pour améliorer les choses.
  • 63% de celles qui se disent satisfaites de leur vie sexuelle. Good for you ! On se dit qu’on vous sera utile peut-être un jour, plus tard…
  • 63% des jeunes de moins de 25 ans ! Chères « Millenials », Welcome sur www.www.le-plaisir-feminin.com! On a aussi pensé à vous ! En même temps, ce pourcentage est un peu logique : vous êtes jeunes, vous avez tout à découvrir et vous avez la chance aujourd’hui de ne pas devoir attendre des années (et des années…) d’expérience pour vous libérer des schémas et des normes, pour créer le climat favorable dans votre couple qui permette de donner une égale priorité au plaisir féminin et masculin.

Les conclusions de cette étude ne nous surprennent pas :

« Si une large partie de la gent féminine souffre assez régulièrement d’anorgasmie [absence d’orgasme], ce n’est pas seulement en raison d’un manque d’expérience personnelle, d’une vie sexuelle peu intense ou de conditions physiques ou psychologiques [stress, surpoids, relation instable…] défavorables à la production d’orgasme ».

Monsieur Kraus, le directeur de l’IFOP qui a dirigé l’enquête, nous explique que l’accès des femmes au plaisir parait freiné par une sexualité encore trop « phalo-centrée », c’est-à-dire centrée sur l’homme ou réticente à une inversion des rôles. Donc, on est d’accord, il y a du boulot, à commencer au sein du couple…quand il y a couple.

*L’ifop, institut de sondage sérieux s’il en est, sous la houlette de François Kraus, son « Monsieur Cul » comme il se désigne lui-même, étudie régulièrement depuis 3 ans la sexualité des françaises et leur capacité à atteindre l’orgasme. Eh bien, messieurs, Merci pour votre préoccupation.

 

PARTAGER CET ARTICLE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *