Le clitoris rentre à l’école

 Clitoris à l’école : Un enseignement d’intérêt supérieur

Le clitoris à l’école…qui l’eut cru il y a quelques années encore… ? C’est amusant ! Ce sujet (et le plaisir féminin qui va avec) dont on ne parlait nulle part hier,  on peut aujourd’hui le traiter dans trois rubriques au moins de notre blog : « sexologie » bien sûr, « c’est tendance » (et pour cause, toute la presse féminine en parle), et « sociologie »…

 

De l’importance du clitoris en sociologie

Si nous avons choisi d’aborder cette fois le clitoris sous l’angle sociologique (en toute légèreté comme il se doit!), c’est pour plusieurs raisons :

1-L’enseignement du CLITORIS rentre peu à peu au collège

2-Le « Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes » s’est emparé du sujet

3-Le clitoris n’est que la partie émergée de l’iceberg …

 

1- L’enseignement du CLITORIS rentre peu à peu au collège

L’enseignement du CLITORIS rentre peu à peu au collège depuis l’été 2016 et l’initiative d’une chercheuse Odile Fillod, qui en avait fait une représentation en 3D. Innovation spectaculaire qui fit le buzz et dont un certain nombre de professeurs de SVT se sont emparés pour en faire un outil d’apprentissage…

Depuis, le buzz n’a encore suscité qu’une vaguelette dans les manuels de SVT à commander pour la rentrée. Sur le site svt-egalite.fr animé par des professeurs de SVT, une remarque datée du 19 mai 2017 précise :

« La totalité des schémas présentant les organes génitaux correspondant aux normes féminines disponibles dans les manuels scolaires sont erronés : le clitoris est mal représenté (ou pas représenté du tout), car seul le gland est représenté, le vagin est béant, il y a absence de pilosité… »

Bref, « on n’est pas RREENDU » (comme on dit à Tours) mais le coup est parti (si on peut dire), et il ne va pas s’arrêter…

 

2- Le  » Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes  » s’est emparé du sujet

Quand des organismes comme le HCE s’emparent d’un sujet, c’est que ce dernier entre dans les problématiques fondamentales de l’organisation de notre société. Or, que dit ce haut conseil à propos du clitoris et du plaisir féminin ?

a)-« Les jeunes, et en particulier les filles, méconnaissent leur corps, et le plaisir féminin reste tabou : 84 % des filles de 13 ans ne savent pas comment représenter leur sexe alors qu’elles sont 53 % à savoir représenter le sexe masculin, et une fille de 15 ans sur quatre ne sait pas qu’elle a un clitoris ».

b)-la prise en compte du désir et du plaisir des jeunes femmes… fait partie des enjeux d’égalité posés par l’éducation à la sexualité.

 

 

3- Le clitoris n’est que la partie émergée de l’icerberg (…)

C’est une façon de parler…pour dire que des pans entiers de notre société sont construits sur cette inégalité homme-femme et génèrent des problèmes de plus en plus sérieux :

Extrait du rapport du haut Conseil HCE daté du 13 Juin 2016

◗ « Les jeunes hommes sont valorisés selon une norme de virilité, les jeunes femmes subissent la double injonction de devoir se montrer désirables mais «  respectables  ». Les relations amoureuses et sexuelles des filles sont particulièrement surveillées. »

◗ « Les stéréotypes de sexe favorisent des violences sexistes sous diverses formes, touchant en particulier les jeunes femmes : harcèlement via les réseaux sociaux, agression sexuelle, prostitution, harcèlement dans les transports, mutilations sexuelles, violences au sein du couple, etc. »

◗ « Les phénomènes de réputation et de harcèlement sexiste sont amplifiés par la viralité des réseaux sociaux, qu’utilisent neuf adolescent.e.s sur dix. En Ile-de-France, une lycéenne sur quatre déclare avoir été victime d’humiliations et de harcèlement en ligne, notamment concernant son apparence physique ou son comportement sexuel ou amoureux ».

 

Une lycéenne sur 4, victime d’humiliations et de harcèlement en ligne ! On est d’accord, il y a un gros problème, non ?

 

Voilà pourquoi le-plaisir-feminin.com s’empare aussi du sujet et on ne va pas rester inerte, c’est promis.

PARTAGER CET ARTICLE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *