Le plaisir féminin… La première fois

Ah, la première fois ! Beaucoup d’appréhension avant, souvent de la déception après…C’est si important la première fois…La preuve, on s’en souvient toute notre vie…Du coup, il faut tout faire pour préserver la qualité de ce souvenir-là. C’est pour cela qu’on s’est dit qu’il était important de réunir ici tous les bons conseils pour réussir cette première fois. Soit pour vous, chère lectrice, soit pour une de vos filles ou l’une de vos proches, à qui vous pourriez recommander cette lecture…

Introduction à l’introduction

Pour plus de simplicité dans nos explications, nous parlerons ici d’une première fois « hétéro-sexuelle », où la fille a un rôle primordial à jouer si elle veut se donner toutes les chances d’en faire une réussite. Bien sûr, si vous êtes deux filles, beaucoup de nos conseils pourront être doublement appliqués, ce qui devrait multiplier par 2* vos chances de plaisir…
* 2, c’est  un minimum, parce que on sait bien que les mathématiques n’ont plus rien à voir quand on monte en ébullition.

Les trois phases pour réussir un rapport sexuel…

…où l’on comprend que la pénétration n’est qu’un élément à replacer dans son contexte.

Si on n’a pas peur de schématiser, la qualité d’un rapport sexuel dépend de la réussite de trois phases plus ou moins longues;

  1. La mise en condition : ce sont tous ces préalables qui créent les conditions favorables. On a besoin de se mettre dans le contexte, pour faire monter le désir
  2. Les préliminaires, si mal nommés comme si l’essentiel venait après, alors que pour nous, ce serait plutôt l’inverse…
  3. Le développement jusqu’à peut-être l’orgasme.
    Entre parenthèses, en général, les jeunes sont très bons étape 1, et ils ne savent pas trop s’y prendre pour la suite…Et puis, plus tard, on connaît bien les étapes 2 et 3, mais ce serait plutôt l’expérience (le vécu) de l’étape 1 qui nous manquerait le plus.

Mais ce plan en trois parties comporte un préalable structurant, précisé par la sexologue Hélène Romano, auteure de Ecole, sexe et video:

“Les fondamentaux dans la sexualité sont le respect, l’intimité et la découverte”.

Donc tout ce que l’on peut vous dire par la suite doit favoriser l’un de ses trois principes: le respect de l’autre et de vous même, la construction d’une intimité partagée, et la découverte que l’on fait ensemble, comme deux personnes uniques qui vont faire un parcours unique.

La première fois, il ne faut pas que ce soit la première fois

Bref, pour revenir à cette fameuse « première fois » où l’on va franchir les étapes 2 et surtout 3, notre première recommandation, c’est de bien la préparer…Tellement bien, que le moment venu, vous aurez l’impression que vous avez presque déjà tout prévu….comme si ce n’était même pas la première fois !

Et là, les filles, c’est vous la chef : Votre partenaire sera tout à son affaire, et probablement maladroit s’il manque d’expérience, et vous, vous devrez avoir tout planifié, parce que vous savez combien certaines choses ont de l’importance pour vous

Bien préparer cette « première fois » cela signifie :

On fait comme à l’école : Petit a, petit b, petit c:

1. Être sure qu’on est prête.

La gynécologue Odile Bagot en fait un préalable : il faut en avoir envie librement et sans contraintes physiques ni psychologiques. Ne pas se forcer, se sentir bien avec l’élu.e…, le.la désirer vraiment (et si vous l’aimez, c’est encore encore mieux ! J, ).

2. Connaître les plaisirs solitaires (c’est une option,…chaudement recommandée)

Si vous avez épluché tout notre blog, vous savez donc déjà que la masturbation est une excellente manière de s’initier, et une expérience entre filles peut aussi beaucoup aider. Ça ne veut pas dire que vous êtes lesbienne…ça veut surtout dire que vous prenez soin de vous et de votre sexualité.

3. Se préparer, c’est aussi tout planifier dans sa tête :

3a. Choisissez un endroit confortable et rassurant

3b. Prévoyez une boite de préservatifs, des fois que Monsieur serait encore plus novice que vous (et le mieux serait que vous soyez déjà sous pilule, ou alors d’en avoir une « du lendemain » en cas d’accident de « condoms »…)

3c. Le soin préalable que vous aurez apporté à votre sexe fait partie des « bonnes pratiques ». Vous pouvez en particulier l’épiler de manière à ce qu’il vous plaise à vous !

3d. Démystifier la crainte de la douleur de la 1ère fois ! Si vous savez faire durer les préliminaires (et là, c’est vraiment vous qui savez beaucoup mieux que lui combien c’est important), votre vagin sera bien lubrifié et l’expérience ne sera pas douloureuse : si tout est bien amené, la rupture de l’hymen en soi peut n’être qu’un pincement bref. Alors, s’il le faut, initiez-le aux caresses qui vous font monter en température et encouragez-le quand il vous suit.

3e. Dîtes-lui que vous êtes vierge, c’est mieux ! Mais pas comme une gourde,…plutôt comme une fille qui sait prendre les devants (parce qu’elle a tout bien lu cet article passionnant !) pour que tout se passe comme il faut

3f. Sachez ne pas mettre la barre trop haute: on n’apprend pas à nager dans une mer en pleine tempête !

  • Une position simple comme le missionnaire (le gaufrier est pas mal aussi….), enfin les positions où vous garderez le mieux possible le contrôle ; et ne cherchez pas à faire le tour du Kamasutra : ce sera totalement contreproductif
  • Ne pas viser l’orgasme à tout prix, mais gouter chaque instant de plaisir : rappelez-vous que le bonheur durable n’est pas dans l’atteinte d’un objectif mais sur le chemin pour y parvenir…
  • Savoir même ne pas aller jusqu’au bout, si vous sentez que les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez.

3g. Préparez aussi les sujets de conversation : la spontanéité n’est pas toujours très inspirante dans ces situations, alors le mieux c’est d’anticiper le fait que vous allez vous parler avant, pendant, et après… Plus vous y aurez pensé, plus vous serez naturelle, et plus vous serez naturelle, plus ce sera naturel…et bon.

  • Pendant, dîtes lui les mots que vous avez rêvé de dire, et surtout n’ayez pas peur de le guider dans ses caresses. Si vous connaissez déjà vos zones érogènes, lui ne les connait pas, et en particulier celles qui concernent votre sexe en général et votre clitoris en particulier. Si vous l’encouragez en lui disant qu’il vous donne du plaisir, il ne le prendra pas mal…au contraire.
  • Après…ben après, ça dépend beaucoup de « comment ça s’est passé ». Adroit ou maladroit, s’il a été à l’écoute de votre corps, « good for you », le garçon est bien disposé et mérite de faire au moins un bon bout de chemin avec lui. Sinon, il va falloir en parler net !

4. Spécial pénétration : allez-y « piano » y « modulando »

Piano…ça va de soi. Modulando, c’est déjà un peu plus sioux : comme c’est nouveau pour vous, il faut que vous sachiez tester les différentes manières de faire, et même les éprouver successivement : on démarre lento, et puis on peut accélérer, ralentir, s’arrêter même, pour faire bruler le désir (et permettre à votre partenaire de calmer le jeu et d’éviter une éjaculation trop rapide). Vous pouvez aussi varier la profondeur : laisser le pénis s’introduire « à demi » (normalement la première partie de votre vagin est la plus réactive), jusqu’au plus profond.

Conclusion !

Sous forme d’un dernier conseil, plus général. la perfection n’existe pas en ce bas monde ; et encore moins lors d’une première fois. Ce qui compte avant tout, ce sont les sentiments qui vous ont amenée là et qui doivent continuer de vous inspirer pour vivre ces premiers moments intimes de couple : soyez authentique, passionnée, tendre, et sachez créer le dialogue. Dans tous ces domaines, c’est nous les plus fortes, et il est dans votre intérêt (et celui de votre nouveau duo amoureux) d’apporter tous vos talents pour faire de cette nouvelle expérience une réussite.

PARTAGER CET ARTICLE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *