Histoire du clitoris – Comment en sommes-nous arrivées là ?

L’histoire du clitoris: Voilà un sujet intéressant !

Et si l’Histoire pouvait expliquer certaines de nos difficultés à accéder au plaisir…Comment les scientifiques de tout poil (si vous me passez l’expression…) ont appréhendé notre cher clitoris à travers l’histoire… ? Médecins, psychanalystes, sexologues, anatomistes, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, ils ont fait avancer puis reculer la connaissance sur cet organe si important aujourd’hui, et pourtant encore si méconnu…

 

Pourquoi est-ce si important de connaître l’histoire du clitoris ?

D’abord tout simplement parce qu’au fil du temps, se sont accumulées des théories fumeuses qui ont largement déterminé la pensée sociale dominante et fini par mettre pendant un siècle le clitoris puis le plaisir féminin au pilori.

Ensuite, parce que vous le savez, on l’a suffisamment répété ici, nous sommes des cérébrales, ce qui fait qu’entre autres, nous avons souvent encore besoin d’accepter la possibilité de prendre du plaisir.

 

Ainsi, la connaissance de l’histoire du clitoris ne nous donnerait pas accès au plaisir, mais plutôt au plaisir d’avoir du plaisir…

 

Du coup, on vous recommande chaudement de lire ce web-documentaire intitulé CLITOMERTA, qui vous dit l’essentiel de ce qu’il faut savoir, et dans lequel vous retrouverez ce schéma explicatif bien utile.

Histoire du clitoris - schéma descriptif du clitoris

Dans les morceaux choisis extraits de ce texte de référence, on voulait juste vous parler :

-de la Renaissance, âge d’or de l’anatomisme où le clitoris gagna du galon pour devenir « le siège du plaisir de la femme »

-de la descente aux enfers des XVIII et XIXème siècle, où de tristes sires cherchèrent à démontrer que le clitoris ne servait à rien puisqu’il n’était pas nécessaire à la procréation (finalement, c’est l’ovule qui fait toute la part féminine du boulot), et dans la foulée que l’onanisme (qui désignait la masturbation à l’époque) était un danger pour la santé et la reproduction.

Et on ne peut pas achever notre propos sans une mention spéciale pour FREUD, à qui il est arrivé de dire des grosses bêtises…, puisqu’il pensait en résumé que :

-l’orgasme clitoridien était celui de la fillette

-la femme mure devait développer sa féminité en découvrant l’orgasme vaginal

-l’orgasme clitoridien relevaient de la pathologie, puisqu’être incapable d’orgasme vaginal était une maladie (la frigidité)…

Sympa ! S’en est suivi un siècle d’obscurantisme dont nous sortons à peine, où le clitoris est complètement sorti des radars et a même disparu des schémas représentant les organes reproducteurs de la femme…. Ce n’est qu’en 1998, que l’urologue australienne Helen O’Connell s’est rendu compte que le clitoris ne se réduisait pas au fameux bouton apparent, mais qu’il mesurait dix centimètres et que tel l’iceberg, l’essentiel de l’organe était caché.

 

Alors merci Helen d’avoir ouvert cette porte, et les autres, les sexologues, les sociologues, et autres gynécologues d’aujourd’hui : vous enchaînez « quand vous voulez » pour expliquer comment notre clitoris fonctionne et à quoi il sert, pour corriger les idées reçues, pour rétablir des vérités et effacer les tabous qui compliquent trop souvent notre sexualité individuelle. Parce que nous, on n’a pas forcément toutes envie de prendre notre bâton de pèlerin et d’aller porter partout la bonne parole, mais beaucoup d’entre nous voudraient juste avoir les mêmes droits que les hommes en la matière : se masturber sans culpabiliser, rechercher notre propre plaisir en couple sans se poser de questions…Il nous semble que ce n’est pas trop demander, et on a besoin de vous…

PARTAGER CET ARTICLE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *